Avec ce froid, rien de tel qu'un peu de lecture pour se tenir chaud en rentrant le soir... Se pelotonner sous un bon plaid, mettre une musique douce en fond sonore, boire un thé accompagné de quelques gourmandises et partir, ailleurs, dans les pages d'un bon roman...

Voici quelques-unes de mes dernières lectures que je suis heureuse de partager avec vous!

La cravate de Milena Michiko Flasar

Dans un parc, au Japon, Tuguchi Hiro et Ohara Tetsu se croisent: tous deux passent leurs journées assis sur un banc. Le plus jeune vient de passer deux ans enfermé dans sa chambre, cherchant à survivre aux lourdes blessures de son adolescence; le second vient d'être renvoyé de son entreprise et n'ose pas l'avouer à sa femme. Petit à petit, les deux hommes vont s'apprivoiser et se raconter. C'est un roman extraordinaire qui m'a bouleversée. Un texte sombre et dur, mais inondé de lumière.

" Je ne voulais rencontrer personne. Rencontrer quelqu'un, c'est s'impliquer. On noue un fil invisible. Dans tous les sens. Rencontrer quelqu'un, c'est devenir une partie de son tissu, et c'est celà qu'il fallait éviter." (p.13)

" Mais ce qui me reste à écrire, c'est le poème jamais inachevé qui, frottement indéfini de l'encre, plongée infinie du pinceau, glissement infini sur le papier blanc, est le poème de ma vie." (p.152).

La fractale des raviolis de Philippe Raufast

A partir de l'histoire d'une femme qui veut assassiner son mari avec une boîte de raviolis empoisonnés, s'enchaîne une multitude d'histoires qui s'emboîtent les unes dans les autres avant de se démêler dans la deuxième partie du livre.On y croise un garçon qui voit les infrarouges, un voleur pendant l'épidémie de peste à Marseille, un adolescent qui veut éliminer les taupes, et bien d'autres personnages aussi singuliers que désopilants. C'est un roman surprenant, souvent drôle, parfois tragique. Une belle réussite!

" Je suis désolé, ma chérie, je l'ai sautée par inadvertance." (p.1)

Qui a peur de Virginia Woolf? de Edward Albee

Le temps d'une fin de nuit, deux couples se rencontrent. George et Martha se déchirent, entre rire et cruauté, sous les yeux de Nick l'arriviste et Honey la superficielle. Tous deux ne vont pas rester indemnes devant la violence de l'échange. Une pièce déroutante qui donne envie de la voir sur scène.

"Martha: Un enfant. Et j'avais mon enfant.

George: Notre enfant. Et nous l'avons élevé. (...) Et ses yeux étaient verts... verts avec... quand on y plongeait assez profond... assez profond... du bronze... des parenthèses de bronze autour des iris..." (p.126)

L'ordinateur du paradis de Benoît Duteurtre

Un homme arrive aux portes du paradis: à son grand étonnement, la vie après la mort ressemble un grand hall de gare où attendent ceux qui sont en partance pour le paradis ou l'enfer. En parallèle, sur terre, Simon, haut fonctionnaire, se trouve pris dans une spirale infernale suite à un projet de loi concernant le visionnage d'images pornographiques. A cela s'ajoute un grand dérèglement informatique qui va faire chuter les uns et monter les autres. Un bon roman divertissant et léger qui porte un regard interrogatif sur notre monde avec un ton décalé.

"La première image que je garde de mon réveil est celle d'une salle d'attente: vaste local sans charme meublé avec des chaises en plastique orange. (...) Plusieurs posters accrochés aux murs représentaient une cité balnéaire, ultramoderne et ses hôtels géants, ses îles artificielles (...) surplombées de cette légende: gagnez votre ticket pour le paradis." (p.11)

Belles lectures à tous!