Pour illustrer ma précédente recette (Les îles flottantes ou oeufs à la neige), voici un extrait de L'Assommoir de Zola. Sa description ne donne guère faim (et c'est un euphémisme!), mais que voulez-vous, c'est du Zola, pas la carte d'un trois mac!! Le choix des verbes, des adjectifs, la présentation même du dessert laisse deviner la misère de ses personnages et en même temps la fête que représente pour eux ce repas de mariage, pause truculente avant la descente aux enfers due à l'absinthe...

(Illustration: extrait du film "L'assommoir" d'Albert Capellani, en 1909).

 photo 04_assommoir.jpg

 

" On était au dessert. Les garçons débarrassaient la table avec un grand bruit de vaisselle. Et Mme Lorilleux, jusque-là très convenable, très dame, laissa échapper un "sacré salaud!" parce que l'un des garçons, en enlevant un plat, lui avait fait couler quelque chose de mouillé dans le cou. Pour sûr, sa robe de soie était tâchée. M. Madinier dut lui regarder le dos, mais il n'y avait rien, il le jurait. Maintenant, au milieu de la nappe, s'étalaient des oeufs à la neige dans un saladier, flanqués de deux assiettes de fromage et de deux assiettes de fruits. Les oeufs à la neige, les blancs trop cuits nageant sur la crème jaune, causèrent un recueillement; on ne les attendait pas, on trouva ça distingué".

Emile Zola, L'assommoir