Pour illustrer mon précédent article (Filet de saumon sur lit de poireaux), j'ai tout de suite pensé à un petit ouvrage drôlatique que j'ai lu il y a déjà quelques années: "Comment voyager avec un saumon?" de Umberto Eco. C'est un recueil de textes parodiques, des pastiches sur des sujets d'apparence anodine, mais au fond plus sérieux qu'il n'y paraît. Pour moi, pas le meilleur d'Eco, loin de là, mais un bon moment de lecture tout de même.

Ici, voici un extrait amusant qui dépeint les repas en avion...

(Illustration: "Antibes" de Nicolas de Staël)

Nicolas-de-stael-antibes-paysage-60x81-copie.1253535169

 

"Les anciens fabulistes nous l'ont appris, pour empêcher un renard de boire dans un verre, il suffit que ledit verre soit étroit et haut. Les verres des avions sont bas, évasés, de véritables cuvettes. Et bien évidemment, par une loi physique, tout liquide ne peut qu'en déborder, même sans l'aide des turbulences. Le pain n'a rien de la baguette française, dans laquelle il faut mordre et tirer fort même quand elle est fraîche, c'est un type particulier d'agglomérat de semoule qui, dès qu'on le saisit, explose en un nuage de poudre très fine. En vertu du principe de Lavoisier, cette poudre ne disparaît qu'en apparence : à l'arrivée, vous découvrez qu’elle est allée s'accumuler sous votre séant, emplâtrant tout l'arrière de vos pantalons. Quant au gâteau, soit il ressemble vaguement à une meringue et il va faire pâte avec le pain, soit il vous dégouline sur les doigts, quand votre serviette en papier est désormais imbibée de sauce tomate, et donc inutilisable".

Umberto Eco