Pour illustrer mon dernier article (L'oeuf gourmand de Pâques)... il fallait bien que je vous propose un petit texte parlant... des oeufs! Pendant un trajet en train que j'ai fait lundi, c'est cette belle mélodie de Brassens qui m'est revenue, et ses couplets concis tout autant que mélodiques. Brassens que je tiens pour un de nos plus grands poètes et que je suis heureuse de partager avec vous aujourd'hui!

(Photo de Brassens par Doisneau (je ne pouvais pas la rater, celle-là, hein?!))

La cane de Jeanne

La cane
De Jeanne
Est morte au gui l'an neuf
L'avait fait la veille
Merveille
Un oeuf

La cane
De Jeanne
Est morte d'avoir fait
Du moins on le présume
Un rhume
Mauvais

La cane
De Jeanne
Est morte sur son oeuf
Et dans son beau costume
De plumes
Tout neuf

La cane
De Jeanne
Ne laissant pas de veuf
C'est nous autres qui eûmes
Les plumes
Et l'oeuf

Tous, toutes
Sans doute
Garderons longtemps le
Souvenir de la cane
De Jeanne
Morbleu

 

Georges Brassens