Mots et mets

02 mai 2018

Soupe façon thaï aux crevettes et coriandre

Soupe thaï 1Puisque le vent et le pluie ont décidé de faire leur retour et que le printemps tarde à poindre le bout de son nez, réconfortons-nous avec cette petite soupe asiatique! Coriandre, gingembre, citronnelle nous emmènent voyager au loin... Parfait pour la saison!

Ingrédients (pour quatre personnes):

- 1 l de bouillon de poulet (fait maison, c'est meilleur!)

- 2 courgettes

- 4 carottes

- une grosse poignée de champignons noirs déshydratés

- Une vingtaine de courgettes

- gingembre frais (quantité à adapter selon les goûts!)

- un peu citronnelle

- 1 cc piment doux

- 2 grosses poignées de coriandre fraîche 

- 2 cs de sauce soja sucrée

- 40 cl de lait de coco

1) Faire réhydrater les champignons noirs dans de l'eau.

2) Eplucher et couper la carottes en fins bâtonnets.

3) Détailler les courgettes en fins bâtonnets aussi.

4) Décortiquer les crevettes.

5) Faire bouillir 1 l de bouillon de poulet. Baisser ensuite la température et ajouter  le gingembre râpé,  la citronnelle coupée en petites rondelles,  une cuillère à café de piment doux. Laisser mijoter trois minutes.

6) Pendant ce temps, faire chauffer la sauce soja et faire sauter les crevettes décortiquées dedans quelques instants. Réserver.

7) Dans le bouillon, faire cuire à petit feu les carottes, les courgettes, les champignons noirs une dizaine de minutes environ (il faut que les légumes restent croquants!).

 8) A la fin de la cuisson, ajouter le lait de coco, les crevettes et la coriandre ciselée.

9) Mélanger, puis laisser chauffer à feu très doux quelques instants. La soupe ne doit pas bouillir, sinon les crevettes seraient trop cuites et le lait de coco trancherait.

10) Servir immédiatement!

Le p'tit truc: Si vous préparer votre soupe dans la journée, n'ajoutez les crevettes que quelques istants avant de servir! Vous pouvez varier la quantité de vos épices en fonction de votre goût!

Sans titre-Soupe thaï 2

 

Bon appétit!

Posté par Hele Helde à 13:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


27 avril 2018

Gâteaux ultra moelleux au chocolat et Philadelphia

Moelleux chocolat Philadelphia

Aaaahhh! La chasse aux oeufs! Ce matin si précieux où les petits paniers attendent sagement les enfants qui, eux, n'ont guère envie d'attendre trop longtemps que les parents se réveillent! Moment d'excitation, d'impatience, on essaie de glisser un oeil, discrètement, mine de rien, mais on se fait rabrouer par la fratrie: "Non! On a dit qu'on attendait tout le monde!". Enfin la porte s'ouvre! En pyjama, cheveux en bataille, petits pieds hâtivement enfilés dans les chaussons, la tribu s'élance... "Là, là! Oh le gros! Et là encore! Il y en a partout!" Les paniers se remplissent sans que l'enthousiasme ne tarisse. Enfin, ne restent plus que les plus difficiles à trouver, les mieux cachés. C'est le moment le plus jouissif, celui où le ramassage devient quête attentive et la joie est décuplée devant un ultime oeuf, décidément bien planqué! Viennent ensuite les yeux pétillants devant la collecte, les mains qui touchent, palpent, comme pour mieux savourer le précieux butin. Et enfin la dégustation tant attendue: c'est si rare de manger du chocolat, en pyjama, avant même le petit déjeuner! On hésite: les couleurs sont si tentantes! Et si je prenais une petite friture? Ou plutôt ce gros, là, qui me fait de l'oeil? Ou encore ce rouge dans son papier chatoyant? Moment de gourmandise, en famille, attendu chaque année et chaque année renouvelé...

Mais voilà! Aussi grande soit la gourmandise, arrive un moment où l'on voudrait que tout ce tout ce chocolat ne s'installe pas non plus pour tout l'été! Alors cette petite recette de gâteaux avec leur surprise chocolatée à l'intérieur est parfaite pour avancer les stocks.Et le Philadelphia utilisé à la place du beurre apporte un moelleux incomparable! Bon appétit, les gourmands!

Ingrédients (pour 8 petits gâteaux)

- 90 gr de farine

- 3 oeufs

- 40 gr de sucre

- 140 gr de Philadelphia (ou fromage de même type)

- 1/2 sachet de levure

- 1 p. de sel

- 200 gr de chocolat au lait

- 8 petits oeufs de Pâques

1) Préchauffer le four th. 180.

2) Faire fondre le chocolat au lait au bain marie

3) Battre les oeufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

4) Ajouter le Philadelphia et continuer à battre quelques minutes.

5) Ajouter la farine, le sel et la levure tamisées.

6) Mélanger doucement.

7) Ajouter enfin le chocolat fondu et mélanger.

8) Beurre soigneusement des petits moules et verser l'appareil à l'intérieur, aux 2/3.

9) Glisser un oeuf au centre et enfourner pour 18 min. Surveiller la cuisson avec la pointe d'un couteau.

 Le pt'tit truc: Ces gâteaux sont déliceux encore chaud quand le coeur est coulant!

Moelleux chocolat Philadelphia 2

Posté par Hele Helde à 11:18 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

27 février 2018

A vos livres!!

Avec ce froid, rien de tel qu'un peu de lecture pour se tenir chaud en rentrant le soir... Se pelotonner sous un bon plaid, mettre une musique douce en fond sonore, boire un thé accompagné de quelques gourmandises et partir, ailleurs, dans les pages d'un bon roman...

Voici quelques-unes de mes dernières lectures que je suis heureuse de partager avec vous!

La cravate de Milena Michiko Flasar

Dans un parc, au Japon, Tuguchi Hiro et Ohara Tetsu se croisent: tous deux passent leurs journées assis sur un banc. Le plus jeune vient de passer deux ans enfermé dans sa chambre, cherchant à survivre aux lourdes blessures de son adolescence; le second vient d'être renvoyé de son entreprise et n'ose pas l'avouer à sa femme. Petit à petit, les deux hommes vont s'apprivoiser et se raconter. C'est un roman extraordinaire qui m'a bouleversée. Un texte sombre et dur, mais inondé de lumière.

" Je ne voulais rencontrer personne. Rencontrer quelqu'un, c'est s'impliquer. On noue un fil invisible. Dans tous les sens. Rencontrer quelqu'un, c'est devenir une partie de son tissu, et c'est celà qu'il fallait éviter." (p.13)

" Mais ce qui me reste à écrire, c'est le poème jamais inachevé qui, frottement indéfini de l'encre, plongée infinie du pinceau, glissement infini sur le papier blanc, est le poème de ma vie." (p.152).

La fractale des raviolis de Philippe Raufast

A partir de l'histoire d'une femme qui veut assassiner son mari avec une boîte de raviolis empoisonnés, s'enchaîne une multitude d'histoires qui s'emboîtent les unes dans les autres avant de se démêler dans la deuxième partie du livre.On y croise un garçon qui voit les infrarouges, un voleur pendant l'épidémie de peste à Marseille, un adolescent qui veut éliminer les taupes, et bien d'autres personnages aussi singuliers que désopilants. C'est un roman surprenant, souvent drôle, parfois tragique. Une belle réussite!

" Je suis désolé, ma chérie, je l'ai sautée par inadvertance." (p.1)

Qui a peur de Virginia Woolf? de Edward Albee

Le temps d'une fin de nuit, deux couples se rencontrent. George et Martha se déchirent, entre rire et cruauté, sous les yeux de Nick l'arriviste et Honey la superficielle. Tous deux ne vont pas rester indemnes devant la violence de l'échange. Une pièce déroutante qui donne envie de la voir sur scène.

"Martha: Un enfant. Et j'avais mon enfant.

George: Notre enfant. Et nous l'avons élevé. (...) Et ses yeux étaient verts... verts avec... quand on y plongeait assez profond... assez profond... du bronze... des parenthèses de bronze autour des iris..." (p.126)

L'ordinateur du paradis de Benoît Duteurtre

Un homme arrive aux portes du paradis: à son grand étonnement, la vie après la mort ressemble un grand hall de gare où attendent ceux qui sont en partance pour le paradis ou l'enfer. En parallèle, sur terre, Simon, haut fonctionnaire, se trouve pris dans une spirale infernale suite à un projet de loi concernant le visionnage d'images pornographiques. A cela s'ajoute un grand dérèglement informatique qui va faire chuter les uns et monter les autres. Un bon roman divertissant et léger qui porte un regard interrogatif sur notre monde avec un ton décalé.

"La première image que je garde de mon réveil est celle d'une salle d'attente: vaste local sans charme meublé avec des chaises en plastique orange. (...) Plusieurs posters accrochés aux murs représentaient une cité balnéaire, ultramoderne et ses hôtels géants, ses îles artificielles (...) surplombées de cette légende: gagnez votre ticket pour le paradis." (p.11)

Belles lectures à tous!

Posté par Hele Helde à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2018

Les éclairs au chocolat, glaçage caramélisé

Eclairs 1

Les éclairs au chocolat, c'est toute une enfance qui défile... La vitrine du pâtissier où sont alignés les petits gâteaux, le choix, difficile!, à faire, l'envie de découvrir de nouvelles saveurs, mais l'appel irrésistible de la pâte à choux, à la fois craquante et moelleuse, la crème au chocolat tellement gourmande, le glaçage sucré qui colle un peu au dents... 

Avec cette recette, c'est tout un monde de souvenirs qui remonte à la surface pour le plus grand plaisir des petits... et des grands!

Ingrédients (pour une dizaine d'éclairs):

Pâte à choux (recette de Mercotte):

- 125 gr d'eau

- 125 gr de lait

- 5 gr de sel

- 5 gr de sucre

- 125 gr de beurre

- 165 gr de farine

- 250 d'oeufs entiers

Crème au chocolat

- 1/2 l de lait

- 4 oeufs

- 140 gr de sucre (à ajuster selon le chocolat utilisé)

- 60 gr de farine

- 100 gr de pistoles chocolat jivara

Glaçage chocolat (recette trouvée sur le blog C'est ma fournée)

- 50 gr de sucre en poudre

- 50 gr de crème iquide entière

- 50 de chocolat

I) La pâte à choux (Recette Mercotte)

1) Porter doucement à ébullition le lait, l'eau, le sel, le sucre et le beurre. Attention, arrêter dès que ça boue! 

2) Oter du feu et ajouter en une fois la farine tamisée.

3) Remettre à feu doux et faire dessécher environ 2-3 minutes en mélangeant sans arrêt avec une spatule. Quand une fine pellicule se forme au fond de la casserole, ôter du feu et mettre dans le bol du robot. Faire tourner quelques instants pour faire refroidir.

4) Fouetter rapidement les oeufs et les incorporer ensuite à la pâte. Attendre que celle-ci soit homogène avant de continuer à verser.

5) Mettre d'appareil dans une poche à douille et les pocher sur une plaque recouverte de papier cuisson. Rayer légèrement le dessus des éclairs avec une fourchette (cela leur permettra de pousser de manière plus régulière!).

6) Faire cuire th 180 chaleur statique pendant 30 min, sans ouvrir la porte, sous peine de voir les choux retomber! (Bien sûr, le temps de cuisson est à ajuster en fonction des fours!)

7) Quand ils sont cuits, les sortir et les laisser refroidir.

II) La crème au chocolat

1) Mettre le lait à bouillir dans une casserole, avec les pistoles de chocolat.

2) Pendant ce temps, dans un terrine, travailler le sucre et les oeufs jusqu'à ce que le mélange blanchisse.

3) Verser le lait chocolaté sur le mélange et reverser dans la casserole.

4) Laisser cuire doucement  en mélangeant sans cette. Quand la crème a suffisamment épaissi, ôter du feu, verser dans une jatte et réserver le temps que la crème refroidisse.

5) Quand la crème a refroidi, faire deux petits trous dans les extrémités des éclairs. A l'aide d'une poche à douille, garnir les choux avec la crème avec délicatesse (il faut bien garnir les choux, mais il ne faut pas non plus faire exploser les éclairs!)

III) Le glaçage (recette C'est ma fournée! )

1) Mettre le sucre dans une petite casserole et réaliser un caramel à sec.

2) Pendant ce temps, faire chauffer la crème 30 s au micro-ondes.

3) Une fois que le caramel est ambré (attention un caramel trop cuit est amer!), ôter du feu et verser la crème chaude dessus.

4) Mélanger et ajouter progressivement le chocolat. Mélanger jusqu'à obtention d'un glaçage lisse et brillant.

5) Napper les éclairs de ce glaçage.

Le p'tit truc: A déguster rapidement: la pâte à choux n'est jamais aussi bonne que très fraîche!

Eclairs 2

Posté par Hele Helde à 17:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

07 février 2018

Petite soirée chez une blogueuse culinaire

 

IMG_3547

Petite chronique ordinaire de la soirée d'une blogueuse...

Les soirs où mon Chéri rentre tard de son travail, j'en profite pour me dire que je vais faire quelques clichés culinaires pour mon blog... Après une journée bien remplie, c'est mon petit espace à moi, mon moment de détente, où j'oublie tout... ou presque!

Le temps que les enfants se lavent les dents et filent au lit (enfin, filent...), commence la phase de profonde réflexion: quel fond? Quel support? Quel message je veux envoyer avec ce plat? J'installe mon petit matériel de photographe bricoleuse, je sors le plat de la cuisine, je couche le lampadaire sur une pile de journaux (oui, parce que la lumière du soir, ce n'est vraiment pas top pour les photos culinaires!)... Je suis profondément absorbée dans mon installation, allongée à plat ventre l'appareil photo à la main (oui, vous saurez tout!!)... quand soudain j'entends la petite voix de Choupinette: "Maman, tu viens me dire bonne nuit? Tu fais quoi?"

Oh my God! Les enfants!!! C'est le phénomène blogueuse: l'amnésie totale au moment de prendre les clichés!

Et là, avant même d'avoir pu répondre spirituellement: "Je finis de corriger encore une copie et j'arrive!", j'entends fuser la réponse des grands: " Ne t'inquiète pas! Tu sais que Maman prend ses haricots verts en photo"! 

Gloups!!!

Choupinette de plus belle: "Oh! Maman! Tu peux aussi me prendre en photo, alors?"

Difficile de répondre à une petite puce qu'elle ne va pas très bien s'assortir avec mes haricots que je tente déséspérement de rendre glamours... Tant pis, faisons vite, un sourire, clic clac, c'est fait! Vite au lit! 

"Mais Maman, pourquoi moi tu ne me mets pas sous le lampadaire pour me prendre en photo?"

"Euh... Tu es tellement jolie comme ça... Pas besoin de tricher pour toi! Tu ne veux pas non plus que je te mette une échalote sur la tête, non? Bon... alors, pas d'échalote, pas de lampadaire! Allez, un bisou et au lit cette fois!"

"Mais, Maman, pourquoi me demandes-tu de ranger bien ma chambre le soir alors que toi tu en profites pour faire le bazar dans le salon?"

"Le bazar... Tu y vas un peu fort, ma Chérie... j'ai juste sorti deux nappes, de la feutrine, des rubans, les assiettes à soupe, les verres à pied, la gousse d'ail, le bouquet de cerfeuil, la cuillère à salade, le citron, la fleur de sel de Guérande,... "

On finit par coucher tout ce petit monde, on revient dans le salon, on regarde le bazar avec l'oeil de Choupinette et là on se dit que, oui, il faut vraiment être un peu fêlée pour faire blogueuse culinaire!

Enjoy!

DSC00053

 

Posté par Hele Helde à 22:35 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


12 janvier 2018

Cuillères à la truite fumée, ricotta et citron caviar

Truite fumée et citron caviar 1

J'aime les apéritifs par la convivialité qu'ils véhiculent... Un verre à la main, on partage, on rit, on se retrouve, ... Ils peuvent être formels ou plus détendus, soignés ou improvisés. Généralement prémices d'une bonne soirée, ils donnent le ton et lancent les festivités! En cuisine aussi, c'est l'occasion de se faire plaisir: Petites bouchées, tapenades, verrines, toutes les fantaisies sont possibles selon le temps et l'envie!

Aujourd'hui, je vous propose des cuillères à la truite fumée, ricotta et citron caviar. Très vite faites, elles apportent fraîcheur et raffinement. On peut remplacer le citron caviar par du citron confit, mais les petites billes de citron caviar qui explosent en bouche apportent un peps incroyable à ces cuillères!

 Ingrédients

- 100 gr de ricotta

- 60 gr de truite fumée

- 1/2 échalote

- de la ciboulette

- 1 citron caviar

- sel et poivre (j'utilise ici un sel spécial parfumé au citron)

1) Mélanger la ricotta avec les échalottes finement émincées et la ciboulette ciselée.

 2) Couper la truite fumée entre petites lanières et la mélanger avec le reste.

 3) Assaisonner, puis disposer dans les cuillères.

4) Disposer les billes de citron caviar sur le dessus. Servir frais.

Le p'tit truc: Vous pouvez varier les quantités selon le garnissage que vous préférez!

Truite fumée et citron caviar 2

Posté par Hele Helde à 18:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 décembre 2017

Bûche poires, caramel et chocolat jivara

Buche poire caramel 3

 

A quelques jours de Noël, votre bûche est sûrement déjà prête! Mais si vous êtes comme moi, du genre très en retard parce que vous n'avez pas vu le 25 décembre arriver, il est encore temps de passer en cuisine! Je vous propose cette bûche aux poires, caramel et chocolat Jivara, faite l'an dernier, qui a obtenu un franc succès! La fraîcheur de la poire, mariée à l'onctuosité du caramel et à la douceur du chocolat, relevée par le croquant des noisettes. Une merveille! Et quand vous saurez que la recette vient de chez Mercotte, vous conviendrez qu'il s'agit d'une valeur sûre! Pas de panique: il y a pas mal d'étapes, mais toutes sont aisées à réaliser si vous êtes un tant soit peu organisé! Alors, on y va?!

(Un grand merci à Mercotte chez qui j'ai trouvé, une fois de plus!, la recette. Comme il m'était difficile de réunirtous les ingrédients, j'ai légèrement modifié certaines choses. Vous trouverez la recette originale ICI).

Ingrédients (pour 8-10 personnes)

Pour le crémeux de poires

- 100 gr de poires au sirop

- 1 oeuf entier

- 2 jaunes

- 1/2 feuille de gélatine

- 10 gr de sucre en poudre

Pour Les fruits caramélisés

- 2 poires au sirop (on peut évidemment prendre des fruits frais, mais comme ma boîte de poires au sirop était ouverte, j'en ai profité pour les finir!)

- 10 gr de sucre

- 1 petit morceau de gousse de vanille

- 5 gr de beurre

Pour le biscuit

- 2 oeufs

- 35 gr de miel non typé

- 50 gr de sucre en poudre

- 35 gr de poudre d'amande

- 50 gr de farine

- 10 gr de cacao en poudre (non sucré)

- 4 gr de levure

- 50 gr de crème fleurette entière

- 35 gr de beurre

- 10 gr de rhum

- 20 gr de chocolat noir

- 30 gr de noisettes finement concassées

Pour la mousse chocolat - caramel

- 100 gr de chocolat Jivara

- 1 feuille de gélatine

- 30 gr de sucre

- 2 jaunes d'oeufs

- 200 gr de crème fleurette entière + 50 gr

- 1 gousse de vanille

I) Etape 1: Le crémeux à la poire

1) Mettre la gélatine dans un grand bol d'eau froide. La laisser au moins 15 minutes.

2) Pendant ce temps, mixer le plus finement possible les poires au sirop.

3) Dans une casserole, mélanger la purée de poires, les oeufs (entiers et jaunes), le sucre et la vanille. Egoutter la gélatine et l'ajouter au mélange. Faire chauffer tout doucement en fouettant sans arrêt. Arrêter avant l'ébullition (attention, cela est très important, sinon la gélatine sera très désagréable en bouche!).

4) Laisser refroidir jusqu'à une température de 35°, puis ajouter le beurre mou coupé en petits dés.

5) Lisser au mixeur plongeant en évitant d'incorporer de l'air.

6) Verser dans un insert (n'ayant pas d'insert, je me suis débrouillée avec de petits moules à cake que j'ai filmés au préalable. C'est un peu moins régulier, bien sûr!, mais cela marche très bien!).

7) Filmez au contact et bloquez l'insert au froid (c'est à dire, mettez-le congélateur!).

II) Etape 2: Les poires caramélisées

1) Bien égoutter les poires, puis les couper en petits dés.

2) Dans une poêle, réaliser un caramel à sec avec le sucre. Quand le caramel prend couleur, ajouter le beurre, puis les dés de poires.

3) Faire revenir quelques instants, puis verser dans une coupelle et laisser refroidir.

4) Quand les poires sont bien froides, sortir l'insert, disposer les poires dessus puis remettre au congélateur.

III) Etape 3: Le biscuit au chocolat

1) Mélanger les oeufs entiers, le sucre et le miel.

2) Ajouter la farine tamisée, ainsi que la levure, la poudre d'amandes et le cacao. (Attention, il est important de tamiser vos poudres afin que le mélange soit bien homogène!).

3) Faire fondre le chocolat au bain marie.

4) L'ajouter ensuite à l'appareil, ainsi que le beurre fondu, la crème et le rhum.

5) Terminer par les noisettes fincement concassées.

6) Verser l'appareil dans un large moule plat à petits rebords (type flexipat: si comme moi vous n'en avez pas, pensez à utiliser une feuille de papier cuisson sur votre plaque). Lisser et enfourner th. 180 pour une dizaine de minutes.

7) Quand le biscuit est cuit, le démouler délicatement et le laisser refroidir.

8) Quand il est parfaitement refroidi, le couper en une bande de la taille de votre moule à bûche et le réserver. (Il devrait vous rester du biscuit en plus: ce n'est pas bien grave, il est délicieux à grignoter avec le café ou un thé!). Réserver.

IV) Etape 4: la mousse chocolat - caramel

1) Faire tremper la gélatine dans un bol d'eau froide.

2) Mettre un saladier et le fouet dans le congélateur.

3) Faire chauffer doucement 50 gr de crème.

4) Réaliser un caramel à sec dans une casserole à fond épais avec le sucre. Quand il prend couleur, verser la crème chaude dessus.

5) Verser cette crème au caramel sur les jaunes d'oeufs battus et les graines de vanille.

6) Remettre sur le feu, à température douce, et faire chauffer doucement, comme pour une crème anglaise, sans jamais dépasser les 82° (sans quoi la crème tournerait).

7) Quand elle a épaissi, ôter du feu et ajouter la gélatine essorée.

8) Lisser au mixeur et laisser reposer.

9) Pendant ce temps, faire fondre le chocolat au bain marie. Quand il est fondu, ajouter la crème encore chaude en trois fois. Lisser à nouveau au mixeur et laisser refroidir.

10) Sortir le saladier et le fouet du congélateur, mettre la crème dans le saladier et la monter en la gardant mousseuse. 

11) Quand la crème au chocolat/caramel est à 45°, ajouter 1/3 de la crème mousseuse et bien mélanger. Puis incorporer délicatement le reste avec une maryse.

V) Le montage

1) Verser la mousse dans le moule à bûche.

2) Sortir l'insert du froid, le démouler et l'enfoncer délicatement dans la crème.

3) Ajouter enfin la bande de biscuit au chocolat.

4) Filmer au contact et remettre au froid au moins 24h.

Ca y est! Vous pouvez pousser un grand "ouf!" de soulagement et vous offrir un peu de repos en attendant le grand jour!

Pour votre repas: sortir la bûche une dizaine d'heures avant et la laisser dégeler tranquillement au frigidaire. (Cette étape de congélation est indispensable si vous voulez que votre dessert prenne et ait une jolie tenue!)

Le pt'it truc: Pour la décoration de cette bûche, j'ai acheté un "tapis de bûche" à disposer au fond du moule. Effet garanti! Puis j'ai fait caramélisé quelques noisettes, que j'ai ensuite disposées sur la bûche.

Buche poire chocolat 4

 

Posté par Hele Helde à 14:34 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 décembre 2017

Adieu Monsieur d'Ormesson!

Petite chronique ordinaire autour du départ d'un grand Monsieur...

L'Immortel n'était pas éternel...


Ainsi vous voilà parti, monsieur d'Ormesson, sans vraiment avoir eu le temps de nous dire " au revoir et merci"! On sait que les gens ne sont pas éternels et qu'ils passent, comme passe " Le vent du soir"... Mais à force de vous voir sur les plateaux de télévision, l'œil pétillant, répéter que "L'amour est un plaisir", on vous pensait là pour toujours, et "C'était bien". J'ai lu vos romans, votre écriture est belle, limpide, parfois trop classique peut être? Et on pourra toujours s'y replonger avec plaisir, comme une "Conversation", un tête à tête avec vous... Mais ce qui me manquera le plus, c'est une manière d'être au monde que vous aviez, et qui n'appartenait qu'à vous, cet art du "Presque rien sur presque tout" dans la conversation, cette culture immense qui m'impressionnait chaque fois que je vous écoutais, cette élocution précise aux mots choisis, ces vers, ces phrases que vous pouviez citer aisément, et toujours à propos. Bien sûr, on a beaucoup parlé de votre côté trop cabotin, de votre image de grande famille égarée en ce siècle, on a répété que, comme Casimir, vous avez mené "La grande vie", et que vous étiez à côté de la vraie vie. Je crois au contraire que vous étiez dedans, pleinement, donnant au monde ce qu'il peut avoir de meilleur: la connaissance des mots des autres... Longtemps je regretterai de ne jamais vous avoir croisé... Et je me dis, vous réalisant parti, que " C'est une chose étrange, à la fin, que le monde"..

Posté par Hele Helde à 21:27 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 octobre 2017

Crumble d'automne (raisins, pruneaux, noix de coco)

Crumble d'automne

C'est l'heure des premières bourrasques... Feuilles jaunes et orangées...

On court dans le vent... joues rouges des enfants...

Les jours racourcissent... Il fait bon rentrer et retrouver un crumble aux saveurs sucrées, moelleux des fruits et croustillant de la pâte. Tout ce qu'il faut en un dimanche après-midi avant de retrouver, demain, le chemin de l'école!

Ingrédients (pour 6 personnes):

- 3 pommes golden

- 250 d'un mélange de pruneaux et raisins secs (je mélange raisins noirs et blonds)

-  80 de noix de coco râpée

150 gr de farine

- 75 gr de sucre cassonade

- 130 gr de beurre

- 2 pincées de canelle

- 5 cl + 5 cl de rhum

- 1 c. de thé à la bergamote

1) Faire bouillir de l'eau. Laisser infuser le thé 5 minutes. Oter les feuilles de thé.

2) Réhydrater les fruits secs dans un bol avec 5 cl de rhum + le complément en thé à la bergamote, environ 30 min.

3) Passé ce temps, éplucher les pommes et les couper en petits morceaux. Dans une poêle, faire fondre 30 gr de beurre et y faire sauter les morceaux de pommes.

4) Ajouter les fruits secs égouttés, le rhum et la canelle. Faire revenir à feu vif pendant 2 minutes.

5) Oter du feu et disposer les fruits ainsi cuits dans des petits ramequins.

6) Dans un saladier, malaxer la farine avec le beurre mou (surtout pas fondu!), la noix de coco et le sucre. On doit obtenir une consistance de sable épais.

7) Répartir le crumble sur les plats de fruits avec les doigts.

8) Enfourner th. 180 une vingtaine de minutes (le crumble doit être doré).

9) Servir tiède, c'est bien meilleur!

Le p'tit truc: excellent avec une boule de glace!

Crumble d'automne 2

Posté par Hele Helde à 11:50 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

12 septembre 2017

Lectures d'automne...

Je ne connais d'endroit plus frustrant qu'une bibliothèque... On va, on erre, on hume, on feuillette, on hésite, on pose, on reprend, le regard glisse vers l'étagère suivante et la frénésie reprend... Toutes ces pages qui attendent d'être lues, tous ces livres qui nous tendent les bras... Car enfin il nous faut bien faire un choix et si on sait qu'on reviendra, la semaine suivante,  l'impossibilité de tout saisir nous  conduit à l'inéluctable brièveté de la  vie humaine... 

Alors voici quelques-uns de ces derniers choix de lecture!

 

La petite communiste qui ne souriait jamais de Lola Lafon

Le roman retrace la trajectoire de la gymnaste Nadia Comaneci, depuis les JO de 1976 à Montréal, où elle a été consacrée plus jeune championne de tous les temps, jusqu'à son arrivée et installation aux Etats-Unis en 1989. En parallèle, le livre parle de la Roumanie et des années de communisme, en alternant récit, réflexions et entretiens avec Nadia au fur et à mesure de l'écriture du roman. Un texte très fort.

"Elle congédie l'enfance et réécrit l'espace de ses mains effilées, passe comme un fil de soie et dessine du pied un grand soleil renversé, l'envoûtement s'invite au travers de leurs flashs, elle sera l'intouchable." (p.187)

Trois fois dès l'aube  de A. Baricco

Trois nouvelles se suivent et s'entrelacent avec comme point commun de se dérouler à l'aube. Dans la première nouvelle un homme et une femme dans un hall d'hôtel: que font-ils là? Où leur discussion peut-elle les mener? Dans la deuxième, un portier d'hôtel aide une jeune femme à échapper à la violence de son compagnon. Les confidences commencent, étonnantes. Enfin, dans la dernière, un enfant, témoin de l'incendie de la maison familiale, est recueilli par une inspectrice de police qui l'emmène en voiture, mais vers où? De son écriture ciselée et précise, Baricco crée des mini-univers,  des éclaircies dans des histoires qui semblent continuer sans nous.

" Alors la femme se tourna vers lui et vit ce visage qu'elle avait vu tant de fois, les dents de travers, les yeux clairs, les lèvres d'enfant, ces cheveux ébouriffés. Elle mit un peu de temps avant de dire quelque chose. Elle pensait à la mystérieuse permanence de l'amour, dans le tourbillon incessant de la vie." (p.121)

L'arbre du pays Toraja  de Philippe Claudel

A la suite du décès de son meilleur ami, Philippe Claudel nous livre ses réflexions et pensées sur la vie, la mort, l'amitié, l'amour. Se mêle à ces considérations, le récit de sa vie sentimentale, entre son ex-femme et une énigmatique jeune fille qu'il regarde par la fenêtre. Pas mon roman préféré de cet auteur, mais Claudel est décidément un de nos très grands!

"Parfois on écrit dans son cerveau mieux que nulle part ailleurs." (p.13)

" La littérature est un cabri que ne retient aucun licol. Elle peut tout et c'est le plus libre des arts." (p.28)

5,90 euros de F. Beigbeder

La vie sexuelle et sentimentale d'un publicitaire reconnu; ses frasques, son degoût de lui-même et la vie qui continue quand même. Je ne peux pas dire avoir été emballée par le roman, assez répétitif, mais en revanche sa réflexion sur la publicité et son univers est passionnante.

"  Le marketing est une perversion de la démocratie." (p.40)

Posté par Hele Helde à 21:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]