Mots et mets

27 juillet 2021

Vacherin verveine citron

Vacherin 1

Hello!

Après quelques semaines sans avoir le temps de poster la moindre recette, me voilà de retour avec un de mes desserts préférés en été!

Cette recette est une merveille en bouche: elle associe la fraîcheur de la glace à la verveine à l'onctuosité de la chantilly ainsi qu'au croquant de la meringue, le tout relevé par quelques zestes de citron vert!

Vous vous laisserez bien tenter?

Ingrédients (pour 8 personnes)

Pour la meringue

- les 6 blancs d'oeufs

- le double de leur poids en sucre

Pour la glace:

- 6 jaunes d'oeufs

- 70 gr de sucre en poudre

- 10 gr de miel neutre

- 20 cl de crème fleurette

- 30 cl de lait entier

- quelques feuilles de verveine

Pour la chantilly (recette du joli blog "Encore un gâteau!)

- 35 cl de crème fleurette très froide

- 150 gr de mascarpone froid

- 50 gr de sucre glace

LA VEILLE

I) La meringue

1) Laisser les blancs à température ambiante pendant une petite 1/2 heure, puis monter les blancs en neige ferme, en ajoutant avant de les battre une pincée de sel.

2) Une fois qu'ils commencent à être bien fermes, ajouter délicatement le sucre en poudre tout en continuant à battre.

3) Sur une plaque de four, disposer une feuille de papier sulfurisé, puis pocher la meringue dans un cercle de la taille désirée. (Vous pouvez mettre du rhodoïd autour du cercle si vous souhaitez un démoulage plus facile!).

4) Enfourner th.100 environ 1h30.

5) Quand la meringue est cuite, laisser refroidir sans démouler. Réserver.

II) La glace

1) Pendant que la meringue cuit, chauffer le mélange crème/lait, puis faire infuser dedans les feuilles de verveine une quinzaine de minutes. Réserver.

2) Passé ce temps, battre les jaunes et le sucre + miel quelques minutes. Quand le mélange blanchit, verser le mélange lait/crème en filtrant les feuilles. Bien mélanger. Remettre à feu doux en remuant sans cesse avec une cuillère en bois jusqu'à ce que l'appareil épaississe (comme une crème anglaise!). Attention à ne pas mettre le feu trop fort, sous peine de voir les oeufs coaguler.

3) Oter du feu, verser dans une jatte, filmer au contact et laisser refroidir. Quand la crème est tiède, mettre au frigidaire pour la nuit.

 

LE JOUR J - LE MATIN

1) Mettre la crème dans la turbine et laisser prendre.

2) Quand la glace est prise, verser sur la meringue et bien lisser pour un joli résultat. Mettre immédiatement au congélateur.

 

L'APRES - MIDI

1) Mettre votre bol et votre fouet au moins 1h au congélateur avant de monter la chantilly. (Je sais, il faut pas mal de place au congel pour cette recette! ;-) )

2) Au moment de monter la chantilly, sortir le bol et le fouet du froid. Verser la crème + le mascarpone et fouetter au fouet électrique (ou au robot si vous en avez un, c'est forcément le top!!). Commencer avec une petite vitesse pour aérer la crème, puis augmenter au fur et à mesure jusqu'à la vitesse maximale.

3) Quand la crème commence à être à la fois légère et prise (attention de ne pas trop fouetter non plus, sinon vous allez vous retrouver avec du beurre!), ajouter délicatement le sucre, tout en continuant à fouetter, puis les zestes de citron vert.

4) Remplir une poche à douille (ici, poche à St Honoré) avec la chantilly.

5) Sortir le vacherin du congélateur et pocher assez rapidement la chantilly dessus (tout l'art est de réussir à faire le pochage assez rapidement pour ne pas que la glace fonde!).

6) Remettre quelques heures au congélateur.

7) Sortir un bon 1/4 d'h avant de servir. Décorer avec des fruits rouges, des feuilles de verveine, etc.

Le p'tit truc: Bien évidemment, vous pouvez préparer ce dessert plusieurs jours à l'avance afin d'être zen et sans souci le soir où vous voulez le servir!

Vacherin 2

Alors, qu'en dites-vous? Une recette facile pour un résultat sympa, non? N'hésitez pas à me laisser un petit mot si vous testez cette recette ! Belle journée à tous!

Posté par Hele Helde à 16:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


17 avril 2021

La rose et le Petit Prince

Il est un texte tellement connu, mais qui m'émeut toujours autant, pour ne pas dire plus, même, au fur et à mesure que les années passent et que j'en redécouvre chaque fois davantage les richesses profondes. Il s'agit du Petit Prince de Saint Exupéry. Je suis heureuse d'en partager un extrait avec vous en lien avec mon précédent post, "Macarons souffle fleuri".  Belle lecture à tous!

téléchargement (13)

 

J'appris bien vite à mieux connaître cette fleur. Il y avait toujours eu, sur la planète du petit prince, des fleurs très simples, ornées d'un seul rang de pétales, et qui ne tenaient point de place, et qui ne dérangeaient personne. Elles apparaissaient un matin dans l'herbe, et puis elles s'éteignaient le soir. Mais celle-là avait germé un jour, d'une graine apportée d'on ne sait où, et le petit prince avait surveillé de très près cette brindille qui ne ressemblait pas aux autres brindilles. Ça pouvait être un nouveau genre de baobab. Mais l'arbuste cessa vite de croître, et commença de préparer une fleur. Le petit prince, qui assistait à l'installation d'un bouton énorme, sentait bien qu'il en sortirait une apparition miraculeuse, mais la fleur n'en finissait pas de se préparer à être belle, à l'abri de sa chambre verte. Elle choisissait avec soin ses couleurs. Elle s'habillait lentement, elle ajustait un à un ses pétales. Elle ne voulait pas sortir toute fripée comme les coquelicots. Elle ne voulait apparaître que dans le plein rayonnement de sa beauté. Eh! oui. Elle était très coquette ! 

Et elle, qui avait travaillé avec tant de précision, dit en bâillant:

- Ah! Je me réveille à peine... Je vous demande pardon... Je suis encore toute décoiffée...

Le petit prince, alors, ne put contenir son admiration:

- Que vous êtes belle !

 N'est-ce pas, répondit doucement la fleur. Et je suis née en même temps que le soleil...

Le petit prince devina bien qu'elle n'était pas trop modeste, mais elle était si émouvante !

- C'est l'heure, je crois, du petit déjeuner, avait-elle bientôt ajouté, auriez-vous la bonté de penser à moi...

Et le petit prince, tout confus, ayant été chercher un arrosoir d'eau fraîche, avait servi la fleur.

Antoine de Saint Exupéry, Le Petit Prince

Posté par Hele Helde à 11:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 avril 2021

Macarons "Souffle fleuri": rose, rhubarbe et lilas

Jardin fleuri 1a

Puisque le printemps rechigne à pointer le bout de son nez, entre giboulées et vent frisquet, faisons-le entrer dans nos cuisines avec ces macarons aux senteurs fleuries. Rose, lilas et tulipe sont ici effleurés pour sublimer l'amande et l'amertume du thé vient compenser le goût sucré du macaron.

Un équilibre subtil et délicat, à l'image des pétales de cerisiers que le vent fait s'envoler dans le soir d'avril...

(Pour inventer ce macaron, je me suis inspirée du délicieux thé "Souffle fleuri" de Damman. ).

Ingrédients (pour une vingtaine de macarons):

Les coques (recette de C. Felder)

- 100 gr de poudre d'amandes

- 100 gr de sucre glace

- 2,5 cl d'eau

- 100 gr de sucre en poudre

- 2 fois 37 gr de blancs d'oeufs

- un peu de colorant rose naturel en poudre

La ganache (recette de Mercotte)

 - 120 gr de chocolat ivoire de couverture

-  50 gr de crème fleurette

- 1 cc de thé Damman "Souffle fleuri"

Jardin fleuri 2

 

I) Les coques

1) Mixer finement et longtemps la poudre d'amandes, le sucre glace et le colorant en poudre.

2) Les tamiser au-dessus d'un récipient.

3) Ajouter 37 gr de blancs d'oeufs et mélanger longtemps afin d'obtenir une pâte épaisse et parfaitement lisse.

4) Dans une casserole, mélanger le sucre en poudre et l'eau et faire chauffer à feu moyen. Avec un pinceau trempé dans l'eau, nettoyer les bords de la casserole.

5) Plonger un thermomètre de cuisson dans la casserole en surveillance et augmenter petit à petit le feu.

6) Pendant ce temps, monter les blancs en neige avec une petite pincée de sel.

7) Dès le mélange eau-sucre atteint 118-119°C, retirer la casserole du feu et verser le sucre cuit en continuant à battre les oeufs. Quand le sirop est versé, continuer à battre quelques minutes, jusqu'à ce que la meringue refroidisse.

8) Prélever une cuillère de meringue et l'incorporer au mélangeà l'amande pour la détendre.

9) Ajouter le reste de meringue et macaronner, c'est à dire mélanger avec de grands gestes amples et souples. Il s'agit d'incorporer parfaitement la meringue sans que celle-ci ne retombe.

10) Remplir une poche à douille avec la pâte à macarons.

11) Sur une plaque couverte d'une feuille de papier sulfurisé ou d'un tapis en flexipan, faire des petites boules aplaties les plus régulières possibles.

12) Tapoter la plaque par en dessous afin de faire sortir les petites bulles d'air. 

13) Laisser croûter 1h à l'air libre.

14) Poser la plaque de macarons sur une autre plaque froide (normalement il faut 3 plaques les unes sur les autres, mais je n'en ai que 2, et cela marche tout de même!) et enfourner th.145 pendant 14 min (mais la cuisson dépend énormément des fours!)

15) Quand les macarons sont cuits, laisser reposer 2 minutes hors du four. Puis humidifier votre plan de travail avec une éponge et poser votre papier sulfurisé ou tapis sur la surface humide. Laisser 2 minutes, les macarons se décollent ensuite très facilement!

II) La ganache

1) Faire bouillir la crème, ôter du feu et faire infuser le thé 3 minutes.

2) Pendant ce temps, râper grossièrement le chocolat.

2) Filtrer la crème et la verser chaude, en trois fois, sur le chocolat blanc. Mélanger à chaque fois pour obtenir une émulsion.

3) Laisser prendre au froid.

4) Garnir les coques... et attendre le lendemain pour une dégustation optimale!

Le p'tit truc: Les coques de macarons se congèlent très bien. Il m'arrive d'en préparer à l'avance quand j'ai le temps et de les ressortir quand j'ai des amis: il ne me reste alors plus que la ganache à faire! 

Jardin fleuri 3

Posté par Hele Helde à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 avril 2021

Croquettes gourmandes de chou-fleur au parmesan

Croquettes 1a

Au début du printemps, chaque année, je sature complètement des légumes et fruits d'hiver... Courgettes et aubergines tardent à pointer le bout de leur nez (vu la température de ces derniers jours, elles ont bien raison de patienter!), les tomates sont encore bien pâlichonnes et les pois gourmands se font attendre. Une lassitude s'installe devant le banc du maraîcher... Alors, je me suis dit qu'il fallait tricher un peu et twister mon panier de légumes afin d'éviter les grises mines devant l'assiette du dîner. Hop, hop, hop, aussitôt dit, aussitôt fait: le chou fleur fadasse se retrouve relevé avec parmesan et ciboulette fraîche du jardin dans des croquettes toutes mignonnettes!

Ingrédients (pour 4 personnes):

- 1 chou fleur

- 50 gr de chapelure

- 2 oeufs

- 70 gr de parmesan

- sel, poivre

- Ciboulette fraîche 

1) Couper le chou, ôter les feuilles vertes, le couper en gros morceaux, puis le faire cuire  dans de l'eau bouillante salée une quinzaine de minutes, jusqu'à ce qu'il soit tendre (j'ajoute toujours une c.c. de bicarbonate de soude dans l'eau de cuisson des choux afin de limiter le souffre).

2) Une fois le chou cuit, l'égoutter et le faire refroidir.

3) Mixer le chou avec tous les autres ingrédients, dans l'ordre.

4) Avec les mains, façonner de petites croquettes et les disposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

5) Faire cuire au four, th. 190, environ 15 minutes.

Manger chaud ou tiède.

Le p'tit truc: excellent avec une sauce au yaourt grec et aux herbes, légèrement aillée.

Croquettes 2

 

Posté par Hele Helde à 14:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

17 décembre 2020

Tartelettes croustillantes au chocolat Dulcey

Tartelettes Dulcey 1

Oui, je sais, cela fait si longtemps que je ne suis venue ici publier des recettes! Et pourtant, je n'ai pas cessé de cuisiner, ni de pâtisser, bien au contraire! Mais le temps, ce filou, se dérobe et m'échappe, bien malgré moi! Alors je profite de l'approche des vacances pour me poser un peu et partager avec vous cette recette terriblement gourmande de tartelettes croustillantes au chocolat Dulcey. C'est regressif au possible et pas bien raisonnable côté calories... mais que voulez-vous, on a bien besoin de douceur en ce moment, non?! A savourer au coin du  feu avec un thé et un bon bouquin alors que dehors souffle le vent d'hiver...

Ingrédients (pour 8 tartelettes):

Pâte sucrée (recette de Thierry Mulhaupt, relais dessert):

- 250 gr de farine

- 150 gr de beurre mou

- 30 gr d'amandes en poudre

- 90 gr de sucre glace

- 50 gr d'oeufs

- 2,5 gr de sel

La ganache au chocolat 

- 300 gr de chocolat Dulcey

- 220 gr de crème liquide entière

- 5 gr de miel neutre (type acacia)

- 50 gr de crèpes dentelles

I) La pâte sucrée

1) Mélanger la farine et le beurre pommade jusqu'à l'obtention d'une texture sablonneuse. (Attention, le beurre doit être mou, mais pas fondu!)

2) Ajouter les amandes en poudre, ainsi que le sucre glace tamisé. 

3) Dans un bol à part, battre les oeufs et les mélanger au sel, puis incorporer les oeufs dans la pâte. 

4) Mélanger sans trop travailler, puis recouvrir de film étirable et laisser reposer 2h au réfrigérateur.

5) Passé ce temps, fariner le plan de travail et étaler la pâte, puis la foncer dans un moule. Vous pouvez faire au choix des tartelettes comme moi ou une grande tarte. Piquer la pâte ou la recouvrir d'haricots secs (ou de billes de cuisson) pour éviter qu'elle ne gonfle à la cuisson.

6) Faire cuire th. 170 environ 15 min (un peu plus pour une grande tarte). Laisser refroidir, puis ôter les cercles.

II) La ganache 

1) Faire fondre légèrement le chocolat au bain marie, puis le réserver dans une jatte.

2) Dans une petite casserole, faire chauffer la crème avec le miel. Quand elle boue, ôter du feu et verser en 3 fois sur le chocolat en émulsionnant à chaque fois.

3) La ganache doit être bien lisse. Au besoin, mélanger avec un mixeur plongeant en veillant à incorporer le moins d'air possible.

4) Ecraser les crèmes dentelles et les mélanger à la ganache.

5) Verser l'ensemble sur les fonds de tarte refroidis et laisser prendre au frais au moins deux ou trois heures.

Le p'tit truc: Penser à sortir les tartes un petit moment avant de les déguster afin qu'elles se reprennent en température.

Tartelettes Dulcey 2

What do you want to do ?
New mail

Posté par Hele Helde à 15:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 juillet 2020

Coulis d'abricots au romarin

Coulis abricots

 

S'il est un fruit d'été que j'affectionne particulièrement, c'est bien l'abricot. Juteux, parfumé, il exhale tout le soleil de la Provence. Mûr à point, il offre un goût acidulé, une profondeur dans laquelle on aimerait se perdre, une saveur à nulle autre pareille... Aujourd'hui, j'ai décidé de le marier au romarin du jardin pour une touche d'originalité dans ce coulis qui accompagnera merveilleusement bien un fromage blanc, une glace ou encore un yaourt grec au miel...

Je vous souhaite une belle journée d'été!

Ingrédients (pour 8 personnes)

- 600 gr d'abricots

- 180 gr de sucre de canne (à réajuster selon l'acidité des abricots)

- 1 branche de romarin

1) Laver soigneusement les abricots et les couper en quatre en ôtant les noyaux.

2) Les disposer dans une casserole, ajouter le sucre de canne, la branche de romarin et faire compoter à tout petit feu une dizaine de minutes.

3) Une fois les abricots fondants, laisser refroidir.

4) Oter ensuite la branche de romarin (en veillant à ce qu'il ne reste pas de petite épine détachée, peu agréable en bouche!) et mixer finement le coulis, puis le passer au chinois pour une texture plus fine.

5) Réserver au frais jusqu'à consommation.

Le p'tit truc: Evidemment, toute la saveur du coulis proviendra de la qualité de vos fruits: choisissez des abricots parfumés, mûrs à point.

Coulis abricots 2

What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail

Posté par Hele Helde à 16:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 avril 2020

La tendresse...

Pour accompagner la dégustation des Mousses au chocolat blanc sans oeuf, voici -une fois n'est pas coutume! - non pas un texte littéraire, mais cette belle chanson de Bourvil que j'aime beaucoup.

Je vous souhaite tout plein de tendresse dans vos vies, d'en semer par paquets et d'en récolter encore plus...

IMG_2881[44501]

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y'en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas
On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire
Et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n'en est pas question
Non, non, non, non
Il n'en est pas question
(...) Le travail est nécessaire
Mais s'il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien... on s'y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long
Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l'amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L'amour ne serait rien
Non, non, non, non
L'amour ne serait rien...
Bourvil
What do you want to do ?
New mail
What do you want to do ?
New mail

Posté par Hele Helde à 14:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 avril 2020

Mousse au chocolat blanc sans oeuf

 

Mousse chocolat blanc 1

 

Ayant, comme vous tous!, un peu de mal à me procurer des oeufs en ce moment, je cherchais une recette de dessert qui n'en demande pas... et j'ai découvert cette mousse au chocolat blanc sans oeuf!

Une mousse, sans oeuf? Etonnant, non?! Et bien figurez-vous que c'est le jus des pois chiches, mais oui! qui remplace les oeufs! La mousse est un peu moins ferme, mais le résultat est léger et aérien, en un mot: bluffant! Et les loulous n'y ont vu que du feu, c'est vous dire!

Et vous, des recettes gourmandes sans oeuf à me partager?

Je vous souhaite une journée pleine de douceur et de légèreté!

Merci au très joli blog Pâte à choup' dont je me suis inspirée pour cette chouette recette! 

Ingrédient (pour 5 verrines):

- 175 gr de chocolat blanc à pâtisser

- 175 ml de jus de pois chiches

1) Battre longtemps le jus de pois chiches jusqu'à ce qu'il monte en neige ferme (environ 3 min pour moi).

2) Pendant ce temps, faire fondre le chocolat blanc au bain marie. Oter du feu.

3) Mettre une cuillère de blancs dans le chocolat et mélanger pour détendre l'ensemble.

4) Puis ajouter l'ensemble des blancs avec une maryse, en remuant très délicatement pour ne pas "casser" les blancs. Arrêter quand le mélange est homogène.

5) Disposer dans des verrines et mettre au frais. Laisser reposer au moins 2h.

5) Déguster bien frais!

Le p'tit truc: On peut agrémenter ce dessert avec des copeaux de noix de coco sur le dessus par exemple, pour apporter un peu de craquant. 

Mousse chocolat blanc 2

Posté par Hele Helde à 13:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Salade méditerranéenne aux pois chiches

 

Salade 1

 

En ces temps de confinement, mettre du soleil dans l'assiette

Et partir loin, loin pour un voyage de saveurs...

(Le genre de recette que j'adore: ultra parfumée et tellement rapide!)

Ingrédients (pour deux personnes):

- 400 gr de pois chiches

- Des tomates confites

- Une cébette

- Un petit morceau de citron confit

- 1/2 citron vert

- Moutarde

- Huile d'olive

- Quelques feuilles de menthe

- Quelques feuilles de coriandre

- Sel, poivre, cumin

1) Egoutter les pois chiches.

2) Dans une assiette, disposer les pois chiches, les tomates confites coupées en lamelles, le citron confit coupé en petits dés, la cébette lavée et coupée finement.

3) Ciseler sur la salade de la menthe et de la coriandre.

4) Assaisonner à votre goût avec sel, poivre et une pincée de cumin.

5) Faire une vinaigrette avec 1 cc de moutarde, un demi jus de citron et de l'huile d'olive.

6) Servir bien frais!

Le p'tit truc: Vous pouvez garder le jus des pois chiches pour une mousse au chocolat par exemple! La recette est à venir! ;-)

Salade 3

What do you want to do ?
New mail

Posté par Hele Helde à 09:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 février 2020

Lectures

Voilà tellement longtemps que je ne suis plus venue publier ici... Et pourtant, ce n'est pas l'envie qui m'en manque, mais bien le temps, ce maudit temps qui toujours file plus vite, encore plus vite, sans jamais me laisser de répit, ni même la possibilité de faire tout ce que je voudrais, tout ce dont je rêverais... Et pourtant, je continue à cuisiner, toujours!, et les recettes s'empilent, attendant avec confiance un jour où je retrouvererais... du temps! Alors, pour me faire pardonner, voici quelques-unes de mes dernières lectures que je suis heureuse de partager avec vous!

L'étrangère de Valérie Toranian

La vieille Aravni raconte, avec douleur, son histoire à sa petite-fille, Valérie. Son enfance heureuse en Arménie, et puis, brusquement, le chaos: le génocide qui débute, subitement, dans la violence et le sang. L'incrédulité de ceux qui se croyaient en sûreté, qui n'imaginaient jamais que l'horreur pourrait arriver. Elle raconte la fuite, les convois, les morts qui s'accumulent autour d'elle jusqu'à l'indicible tant la folie des hommes est grande... En parallèle, nous suivons sa vie d'étrangère en France, perpétuellement tiraillée entre deux mondes, l'impossibilité de trouver sa place et la tragédie de se sentir "étrangère" pour toujours. Un roman bouleversant dont on ne sort pas indemne.

"Aravni baisse la tête et fixe la bas de sa robe crasseuse. Elle entend ls voix échauffées des hommes qui marchent vers leur charette. (...) Tu ne les regardes jamais. Tu prends un air abruti, tu dois ressembler à un animal." (p.55)

Ce qu'en dit James de Dominique Schneidre

La narratrice, septuagénaire, originale et cultivée, vit dans une vieille maison remplie de livres et dialogue avec les auteurs comme s'ils étaient encore vivants. Un jour, il lui faut à tout prix trouver de l'argent pour réparer le toit de sa maison. Seule, elle se tourne vers ses chers auteurs pour trouver la solution à ses problèmes... et c'est une idée bien farfelue qui sortira de ces échanges!

Une écriture vive et amusante qui traite de manière légère la relation avec et entre les écrivains.

"Ma généreuse Geneviève croyait probablement que je fais ce que je veux chez moi. Or James éteint la télévision dès que j'ai le dos tourné, car le bruit l'indispose. Proust ouvre les fenêtres si quelqu'un fume, puis les referme pour éviter les courants d'air. (...) Seul Tchékhov se propose de donner un coup de main quand il s'agit de planter des arbres."

L'arbre du paradis de Ellis Peters

Au 13ème siècle, Harry Talvace, jeune noble, s'enfuit du château familial avec son compagnon Adam. Leur chemin est parsemé d'embûches. Il découvrira, au long de sa quête, sa passion de bâtisseur, sa future épouse, mais aussi et surtout le terible et puissant seigneur de Talvace auquel il va irrémédiablement lier sa vie par un terrible pacte...

Un roman historique passionnant, envoûtant, en trois tomes. Les presque mille pages se dévorent d'une traite et l'épaisseur psychologique des personnages finement dessinés par Ellis Peters nous tient en haleine jusqu'au bout.

"En es-tu sûr? souffla Isambard. Où sommes-nous, toi et moi, depuis le premier jour, sinon sur un champ de bataille? Lorsque tu m'as invité à ce qui était bien plus qu'un jeu, crois-tu que je n'ai pas compris qu'il s'agissait d'un défi à mort?" (p.731)

Photo-photo de Marie Nimier

A partir d'une séance photos d'écrivains pour Karl Lagerfeld, la naratrice raconte la suite d'évènements, petits et grands, qui se sont enchaînés: la rencontre avec Huguette Malo, vieille femme improbable à la recherche de chaussures vert tilleul, un chat récurrent, un voyage à Baden-Baden... Tout cela parsemé de réflexions sur l'art du roman et sa construction, mise en abyme dûment menée ici.

Ce n'est pas un roman inoubliable, mais on passe un bon moment et Marie Nimier manie une plume pleine de verve et d'ironie fort plaisante.

"Le soleil me réchauffait les épaules. J'étais là, place Dauphine, au 5ème étage d'une chambre aux cloisons de papier, ce corps qui me tenait debout vacillant  d'un pied sur l'autre, non, il ne vacillait pas, ni ne tanguait, j'étais sûre que le mouvement était imperceptible, mais moi, à l'intérieur, je le percevais comme un balancier, une marche intime, quelque chose qui avançait". (p.221)

Je vous souhaite de très belles lectures!

Posté par Hele Helde à 18:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]