Mots et mets

08 février 2016

Papillote de poisson et petits légumes, moutarde à l'ancienne

 

Papillote de poisson moutarde ancienne 1a

Vouloir manger léger... Faire le choix de la couleur et de la gaité... Se servir d'une moutarde à l'ancienne pour donner du caractère... Et se régaler...!

Ingrédients (pour 4 personnes):

- 4 morceaux de cabillaud

- 4 courgettes

- 2 petites gousses d'ail

- Une vingtaine de tomates cerises

- 1 cs de moutarde à l'ancienne

- Un petit fond de verre de vin blanc

- sel

1) Dans une papillote, mettre les filets de cabillauds, les courgettes finements taillées, les tomates cerises, les gousses d'ail finement coupées et la moutarde à l'ancienne.

2) Ajouter le fond de vin blanc.

3) Enfourner th.180° environ 30 min.

4) Au moment de servir, préparer de la graine de couscous. La disposer bien chaude dans un cercle. Oter le cercle et décorer avec un morceau de cabillaud, des légumes, et la sauce à la moutarde.

5) Déguster chaud!

Le p'tit truc: Vous pouvez aussi ajouter un filet d'huile d'olive au moment de servir!

Papillote de poisson moutarde ancienne 2

 

Posté par Hele Helde à 17:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


03 février 2016

Des livres! Des livres!

 

Les vacances approchent à grands pas! Peut-être cherchez-vous un bon bouquin à emmener sur les pistes ou à savourer au chaud, blotti devant un feu de bois? Et pour ceux qui n'ont pas de congés, pas de souci: lire après une grosse journée de travail est le meilleur délassement! 

Voici donc quelques-unes de mes dernières lectures...

 

Le joueur d'échecs de Stéfan Zweig

En 1941, le narrateur, à bord d'un paquebot, assiste à la rencontre entre le champion du monde d'échecs et un mystérieux joueur qui est le seul à réussir à le battre, mais semble pourtant très malheureux de jouer. Le narrateur va découvrir l'effroyable histoire de ce joueur. Par le biais de cette fiction, Zweig dénonce toute l'horreur de la barbarie nazie.

Extrait: "Mais, si dépourvues de matière qu'elle paraissent, les pensées ont aussi besoin d'un point d'appui, faute de quoi elles se mettent à tourner sur elles-mêmes dans une ronde folle." (p.56)

Vingt-quatre heures d'une femme sensible de Constance de Salm

Ce roman épistolaire raconte 24h de la vie d'une femme qui se croit trahie par son amant. Durant un jour et une nuit, elle lui écrit sans cesse, passant par toutes les étapes de l'amour et de la haine. Ce roman devient ainsi un vrai traité de la jalousie et de toutes ses subtilités.

Extrait: "C'en est fait! Tout est perdu cette fois: amour, honneur, tout... Le coup a été affreux; mais il est un bienfait du Ciel: il m'a rendue à moi-même, j'ai retrouvé tout mon courage". (p.107)

L'ignorance de Milan Kundera

Il est toujours très difficile de résumer un roman de Kundera! Disons qu'il y est question de destins croisés, d'émigration entre Paris et Prague, de savoir trouver sa place (ou pas) dans un pays, une famille. Et enfin de personnages marquants comme Josef et Iréna, et celui, ironiquement tragique, de Milada.

Extrait: Ca n'a aucun sens de leur raconter tout cela. Récemment encore tout le monde se disputait, chacun voulant prouver qu'il avait souffert plus que l'autre sous l'ancien régime. Tout le monde voulait être reconnu victime. Mais ces compétitions de souffrance sont terminées. Aujourd'hui, on se vante du succès, pas de la souffrance. Si on est prêt à te respecter, ce n'est pas pour ta vie difficile, mais parce qu'on te voit avec un homme riche à tes côtés." (p.43)

Et vous, avez-vous des livres à me conseiller?

 

Posté par Hele Helde à 16:45 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 février 2016

Zola et les oeufs à la neige

 

Pour illustrer ma précédente recette (Les îles flottantes ou oeufs à la neige), voici un extrait de L'Assommoir de Zola. Sa description ne donne guère faim (et c'est un euphémisme!), mais que voulez-vous, c'est du Zola, pas la carte d'un trois mac!! Le choix des verbes, des adjectifs, la présentation même du dessert laisse deviner la misère de ses personnages et en même temps la fête que représente pour eux ce repas de mariage, pause truculente avant la descente aux enfers due à l'absinthe...

(Illustration: extrait du film "L'assommoir" d'Albert Capellani, en 1909).

 photo 04_assommoir.jpg

 

" On était au dessert. Les garçons débarrassaient la table avec un grand bruit de vaisselle. Et Mme Lorilleux, jusque-là très convenable, très dame, laissa échapper un "sacré salaud!" parce que l'un des garçons, en enlevant un plat, lui avait fait couler quelque chose de mouillé dans le cou. Pour sûr, sa robe de soie était tâchée. M. Madinier dut lui regarder le dos, mais il n'y avait rien, il le jurait. Maintenant, au milieu de la nappe, s'étalaient des oeufs à la neige dans un saladier, flanqués de deux assiettes de fromage et de deux assiettes de fruits. Les oeufs à la neige, les blancs trop cuits nageant sur la crème jaune, causèrent un recueillement; on ne les attendait pas, on trouva ça distingué".

Emile Zola, L'assommoir

Posté par Hele Helde à 18:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2016

Les îles flottantes

iles flottantes 1

 

Un caramel qui craque sous la dent, la légèreté des blancs qui fondent en bouche, la douceur de la crème vanillée... Il est des classiques dont on ne se lasse pas et qui gardent à jamais la saveur sucrée de l'enfance... 

Ingrédients (pour 4 personnes):

- 60 cl de lait 

- 5 oeufs

- 120 gr de sucre en poudre + 40 gr

- 1 pincée de sel

- 1 gousse vanille

- des amandes éffilées

1) Monter les blancs en neige ferme. Quand ils sont presque montés, ajouter 40 gr de sucre et continuer à fouetter.

2) Mettre le lait à chauffer: quand il frémit, y déposer des boules de blancs en neige à l'aide d'une grande cuillère. Laisser pocher quelques secondes de chaque côté, puis ôter avec une écumoire et réserver dans une assiette.

3) Filtrer le lait. Il doit vous en rester 50 cl. Si ce n'est pas le cas, compléter. Remettre à chauffer doucement. Fendre une gousse de vanille et laisser infuser dans le lait 15 min.

4) Passé ce temps, ôter la gousse et gratter les graines de vanille pour bien parfumer le lait.

6) Mélanger les jaunes d'oeufs avec 80 de sucre en poudre. Quand le mélange blanchit, verser dessus le lait bouillant et mélanger.

7) Renverser dans la casserole et faire chauffer à feu doux, en mélangeant constamment. Quand le mélange épaissit et nappe la cuillère, ôter du feu et verser dans une jatte. Laisser refroidir.

8) Verser la crème anglaise dans des coupes et disposer les blancs d'oeufs dessus. Laisser refroidir complètement.

9) Quand la crème est froide, faire un caramel: mettre 40 gr de sucre dans une petite casserole avec une c. c. d'eau. Faire chauffer fort. Quand le caramel prend couleur (attention à ne pas le faire brunir, sinon il sera trop amer!), verser sur les îles flottantes. Décorer avec des amandes éffilées. 

10) Réserver au frais.

Le p'tit truc:

a) attention à la cuisson de la crème anglaise: elle ne doit surtout pas bouillir, sinon la crème "tournera"!

b) Certains font cuire les blancs dans de l'eau bouillante: je trouve que les blancs sont moins moelleux ensuite!

c) Avec du lait entier, votre crème sera plus riche... mais tellement plus gourmande!

d) Attention à bien faire refroidir votre crème avant de verser le caramel dessus: sinon vous avez le risque de vous retrouver avec de la crème au caramel!

iles flottantes 2

Posté par Hele Helde à 15:49 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 janvier 2016

Macarons au nougat: quand la Provence s'invite en gourmandise!

 

macarons au nougat 1

C'est vrai, publier une recette de macarons alors qu'on sort tout juste d'une période faste sur le plan culinaire, c'est un peu exagéré... Mais bon, vous en conviendrez, ce serait dommage de perdre la fin du nougat qui nous reste des 13 desserts! Et puis, soyons honnêtes, un petit macaron en passant, ça n'a jamais fait de mal à personne, non?!...

(La recette des coque est de Felder, celle de la ganache est inspirée dujoli site "Pure Gourmandise")

 

Ingrédients (pour une vingtaine de macarons):

I) Les coques

- 100 gr de poudre d'amandes

- 100 gr de sucre glace

- 2,5 cl d'eau

- 100 gr de sucre en poudre

- 2 fois 37 gr de blancs d'oeufs

II) La ganache

- 130 gr de chocolat blanc de couverture (Valrhona, c'est top!)

- 150 gr de nougat blanc

-  50 gr de crème fleurette

I) Les coques

1) Mixer finement et très longtemps la poudre d'amandes et le sucre glace.

2) Les tamiser au-dessus d'un récipient.

3) Ajouter le  37 gr de blancs d'oeufs et mélanger longtemps afin d'obtenir une pâte épaisse et parfaitement lisse.

4) Dans une casserole, mélanger le sucre poudre et l'eau et faire chauffer à feu moyen. Avec un pinceau trempé dans l'eau, nettoyer les bords de la casserole.

5) Plonger un thermomètre de cuisson dans la casserole en surveillance.

6) Pendant ce temps, monter les blancs en neige avec une petite pincée de sel.

7) Dès le mélange eau-sucre atteint 118-119°C, retirer la casserole du feu et verser le sucre cuit en continuant à battre les oeufs. Quand le sirop est versé, continuer à battre quelques minutes, jusqu'à ce que la meringue refroidisse.

8) Prélever une cuillère de meringue et l'incorporer au mélangeà l'amande pour la détendre.

9) Ajouter le reste de meringue et macaronner, c'est à dire mélanger avec de grands gestes amples et souples. Il s'agit d'incorporer parfaitement la meringue sans que celle-ci ne retombe.

10) Remplir une poche à douille avec la pâte à macarons.

11) Sur une plaque couverte d'une feuille de papier sulfurisé ou d'un tapis en flexipan, faire des petites boules aplaties les plus régulières possibles.

12) Tapoter la plaque par en dessous afin de faire sortir les petites bulles d'air. Décorer avec des petits bonbons de sucre.

13) Laisser croûter 1h à l'air libre.

14) Poser la plaque de macarons sur une autre plaque froide (normalement il faut 3 plaques les unes sur les autres, mais je n'en ai que 2, et cela marche tout de même!) et enfourner th.140 pendant 14 min (mais la cuisson dépend énormément des fours!)

15) Quand les macarons sont cuits, laisser reposer 2 minutes hors du four. Puis humidifier votre plan de travail avec une éponge et poser votre papier sulfurisé ou tapis sur la surface humide. Laisser 2 minutes, les macarons se décollent ensuite très facilement!

II) La ganache

1) Faire chauffer la crème à feu doux.

2) Ajouter le chocolat blanc râpé et le nougat.

3) Continuer sur feu doux en mélangeant bien jusqu'à ce que tout soit fondu. Il reste évidemment les morceaux d'amandes et de pistaches du nougat: c'est normal! C'est ce qui apportera un croquant original à vos macarons!

4) Laisser refroidir la ganache, puis en garnir les coques de macarons (si elle est trop liquide, la mettre une heure au frigidaire: cela devrait aller mieux ensuite!)

5) Attendre 24h pour déguster!

Le p'tit truc: Ces macarons sont très bons, mais assez doucereux! Ne pas prévoir de trop grandes quantités, à moins d'avoir de bons becs sucrés autour de vous!

 

macarons au nougat 2

 

Posté par Hele Helde à 22:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


22 novembre 2015

Résister...

Petite chronique ordinaire d'une période qui ne l'est guère...

Il paraît que je suis une résistante... J'ai entendu ça hier matin sur France Inter: une semaine après les attentats, les français entrent en résistance et vont au théâtre. Ainsi, une sortie qui, quelques jours auparavant passait pour du simple divertissement, une soirée de détente, un bonheur littéraire, devient acte de résistance! Le monde marche donc bien à l'envers... C'est vrai, impossible de ne pas y penser au moment de se préparer pour sortir et d'embrasser les enfants en partant, impossible de ne pas y penser en marchant dans la rue et en entrant dans le joli théâtre du Jeu de Paume, impossible de ne pas y penser, bien sûr, devant "Le conte d'hiver" de Skakespeare, histoire d'un homme qui est envahi par la folie au point de tuer ses proches aveuglément (toute ressemblance avec l'actualité...). Et devant cet homme qui se repent,  qui souffre au point de réussir à redonner vie à ses victimes, on se prend à rêver que la vie puisse devenir théâtre... Impossible de ne pas y penser aussi devant les paroles, fortes et bouleversantes de Philippe Car, le metteur en scène, debout avec le public, uni et traversé par le souffle de l'émotion...

Bien sûr, impossible de sortir "comme avant"... Mais de là à me voir comme une résistante, non! Les mots ont leur force qu'il faut leur garder, et s'en travestir les affaiblit, tout comme la réalité qu'ils dépeignent. Non, je ne suis pas une résistante, j'essaie juste de continuer à vivre, librement...

Posté par Hele Helde à 21:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 novembre 2015

Tarte aux courgettes et oignons confits, pâte à la châtaigne

tarte aux courgettes et oignons 1

 

L'automne est là, avec son cortège de feuilles rouges et orangées, ses bourrasques de vent, ses lumières superbes et sa nuit qui tombe si tôt!

Pour réconforter tout le monde, rien de tel qu'une tarte gourmande et parfumée: quelques courgettes pour rappeler l'été qui s'éloigne et une pâte à la châtaigne pour accueillir l'automne qui s'avance!

 

Ingrédients (pour 6 personnes):

-180  gr de farine de châtaignes

- 75 gr de farine blanche

- 120 gr de beurre

- 5 cl d'eau

- 1 grosse pincée de sel

- de la coriandre

- 6 courgettes

- 6 oignons

- 1 cs huile olive

- de la moutarde à l'ancienne

- 20 cl de lait

- 2 cs de crème fraîche épaisse (facultatif)

- 3 oeufs

- tomme de Savoie râpée

- sel et poivre

 

1) Confectionner la pâte: Mélanger les farines, le sel et le beurre mou. Pétrir, puis ajouter progressivement de l'eau.

2) Faire une boule, couvrir et laisser reposer au frais 1h.

3) Pendant ce temps, couper les courgettes en rondelles fines et les faire cuire dans de l'eau frémissante 8 min. Les rafraîchir et bien les laisser égoutter, afin qu'elles ne rendent pas d'eau ensuite dans la tarte.

4) Emincer finement les oignons et les faire revenir dans l'huile d'olive. Puis les laisser confire à feu très doux pendant 45 min.

5) Etaler la pâte. La remettre au frais 10 min. Puis la recouvrir avec des haricots blancs et la faire précuire 7 min th.190.

6) Sortir du four. Quand la pâte a un peu refroidi, étaler une fine couche de moutarde sur le fond. Puis recouvrir du confit d'oignons.

7) Faire un appareil avec le lait, la crème, les oeufs et la tomme de Savoie râpée. Assaisonner, puis verser sur le fond de tarte.

8) Disposer joliment les courgettes dessus.

9) Faire cuire th.210 environ 30 min. Déguster tiède.

Le p'tit truc: Ne faites pas revenir trop vivement vos oignons: quand ils prennent couleur, ils acquièrent en même temps un petit goût amer pas très agréable!

tarte aux courgettes et oignons 2c

Posté par Hele Helde à 18:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 octobre 2015

Gâteau magique à la vanille

Gateau magique vanille 1

Il est des recettes qui tiennent du miracle: vite faites, inratables, gourmandes à souhait... et, chose rare dans une famille de cinq personnes!, obtenant l'unanimité de toute la maisonnée! Ce gâteau, qui circule depuis un moment sur la blogosphère, a enthousiasmé les enfants et est en passe de devenir un grand classique chez nous!

Une seule préparation et trois couches différentes: une biscuitée, une crémeuse et une moelleuse, c'est très fort, non? Alors, un peu de magie, ça vous tente?

Recette trouvée chez Chic, Chic, chocolat, un de mes blogs de cuisine préférés! et remaniée un peu à ma manière.

 

Ingrédients (pour 6 personnes):

- 4 oeufs pas trop froids

- 150 gr de sucre en poudre

- 1 cs d'eau

- 115 gr de farine

- 125 gr de beurre

- 1 pincée de sel

- 1/2 litre de lait

- 1 gousse de vanille

1) Fendre la gousse de vanille en deux et la mettre dans le lait. Faire chauffer le lait doucement, puis stopper la cuisson et laisser infuser la vanille une quinzaine de minutes.

2) Faire fondre le beurre doucement.

3) Battre les jaunes d'oeufs avec 75 gr de sucre et l'eau pendant quelques minutes.

4) Ajouter le beurre fondu et continuer à mélanger.

5) Ajouter la farine et le sel tamisés.

6) Racler la gousse de vanille et l'ôter du lait. Verser le lait tiède sur l'appareil et bien mélanger.

7) Monter les blancs en neige. Quand ils sont pratiquement fermes, ajouter les 75 gr de sucre restants en continuant à battre.

8) Incorporer délicatement les blancs  à l'appareil, en plusieurs fois, avec une maryse.

9) Beurrer un moule, pas trop large et plutôt haut (cela permettra d'obtenir plus facilement les différentes épaisseurs!)

10) Enfourner th.150 et laisser cuire environ 50 min.

11) Laisser refroidir, puis démouler.

Le p'tit truc: Ce gâteau est excellent avec une compotée de fruits rouges.

Gâteau magique à la vanille 2

Posté par Hele Helde à 19:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

29 septembre 2015

"Sur la route" de J. Kerouac

Pour illustrer mon article sur les "Petits pains pour hamburgers maison", je cherchais bien sûr un texte américain et celui qui s'est imposé à moi est  le texte si unique, saccadé et brûlant de Jack Kerouac, "Sur la route". Il me semblait trahir son souffle que de le mettre en français, alors, pour une fois sur mon blog, je vous le partage en anglais!

(Illustration: Photographie de Charles Clyde Ebbets... qui me donne toujours le vertige chaque fois que je la regarde!!)

So in America when the sun goes down and I sit on the old broken-down river pier watching the long, long skies over New Jersey and sense all that raw land that rolls in one unbelievable huge bulge over to the West Coast, and all that road going, and all the people dreaming in the immensity of it, and in Iowa I know by now the children must be crying in the land where they let the children cry, and tonight the stars'll be out, and don't you know that God is Pooh Bear? the evening star must be drooping and shedding her sparkler dims on the prairie, which is just before the coming of complete night that blesses the earth, darkens all the rivers, cups the peaks and folds the final shore in, and nobody, nobody knows what's going to happen to anybody besides the forlorn rags of growing old, I think of Dean Moriarty, I even think of Old Dean Moriarty the father we never found, I think of Dean Moriarty.”

Jack Kerouac, On the road

Posté par Hele Helde à 18:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 septembre 2015

Pain à hamburger maison!

hamburgers maison

Je sais... Je suis une mère très ringarde! Je n'arrive pas à mener mes enfants dans un fast-food... Il faut vraiment qu'il pleuve très très fort sur la route des vacances, ou que, sur la route toujours, tous les commerces croisés soient définitivement fermés, ou quelques autres circonstances de la vie qui m'ont emmenée à pousser la porte d'un Mac Do ou autre consort... Je ne sais pas si c'est grave, docteur, mais c'est ainsi! Cependant, pour montrer à mes loupiots que je ne suis quand même pas entièrement bornée (!), nous faisons régulièrement des hamburgers maison! Et depuis que j'ai trouvé dans le joli blog "Une plume dans ma cuisine" cette formidable recette (légèrement modifiée), nous faisons nous-mêmes les petits pains, ce qui a le mérite d'allier gourmandise et atelier patouille! Que du bonheur!

Ingrédients (pour environ 7/8 pains à hamburger)

- 600 gr de farine blanche

- 230 ml de lait

- 120 ml d'eau

- 40 gr de beurre

- 7 gr de levure boulangère sèche

- 2 cs de sucre poudre

- 2 cc de sel

- 1 oeuf + 1 jaune

- des graines de sésame

 

1) Dans une casserole, faire tiédir le lait, l'eau et le beurre. Oter du feu et laisser tiédir (moins de 40°).

2) Dans un saladier, peser 200 gr de farine et mélanger avec la levure, le sucre et le sel. Ajouter le mélange de lait, beurre et eau, puis l'oeuf. Bien mélanger.

3) Incorporer progressivement le reste de la farine et mélanger.

4) Fariner le plan de travail et c'est parti pour 10 minutes de pétrissage! (Oui, ça muscle, mais que voulez-vous, on se dit qu'on en profite pour faire un peu de sport!). Si la pâte colle trop, ajouter un peu de farine.

5) Faire ensuite 7 ou 8 boules. Les aplatir légèrement et les placer sur une plaque à four recouverte de papier cuisson. Couvrir avec un torchon et faire lever 45 min dans un endroit sec et abrité.

6) Passé ce temps, mélanger le jaune d'oeuf et 1 cs d'eau, puis badigeonner les petits pains à l'aide d'un pinceau. 

7) Parsemer les graines de sésame sur les petits pains.

8) Cuire au four, th. 200, environ 14 min.

9) Laisser refroidir, puis les couper en deux et les garnir à votre convenance (ici: steak haché frais, tome de Savoie râpée, échalote finement ciselée, tomates fraîches, mayonnaise maison).

Le p'tit truc: Attention, au moment d'ajouter le lait, celui-ci doit avoir bien refroidi. En effet, les liquides chauds "tuent" la levure... et celle-ci ne fait alors plus gonfler la pâte!

hamburgers maison 2

 

Posté par Hele Helde à 21:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :